Péridot et son histoire

Le péridot. De couleur verte, ce minerai est un silicate de magnésium et de fer dont on distingue différentes variétés selon leur teneur en ces éléments : forstérite, fayalite, olivine de couleur jaune-vert ; celle-ci, la plus commune, se présente en grains à cassures, mais sans clivage. Les péridots sont permanents dans les laves et caractérisent les roches basiques (pauvre en silice) ; ils s'altèrent en serpentine (pierre d'ornementation). il existe des olivines transparentes en joaillerie.

Le péridot : 

Péridot est le nom donné à l'olivine lorsqu'elle est utilisée en joaillerie comme pierre fine.

*

fiche complète sur le péridot

Péridot 

(Synonymes: chrysolite, olivine)

Couleur : vert-jaune, vert olive, brunâtre 

Dureté : 6,5-7 

Densité : 3,28-3,48 

Clivage : imparfait 

Cassure : esquilleuse, conchoïdale 

Cristaux : orthorhombiques : prismes ramassés, striés verticalement 

Transparence : transparent

Réfringence : 1,650-1,703 

Biréfringence : + 0,036 à + 0,0038 

Dispersion : 0,020 

Pléochroïsme : très faible, incolore à vert pâle, vert vif, vert huileux

Fluorescence : aucune

*

La signification du mot « péridot » (issu du grec) est incertaine. Peut-être se rapporte-t-elle au grand nombre de faces naturelles de ses cristaux, Le péridot est aussi dénommé < chrysolite" (du grec: « pierre d'or"), terme qui désignait aussi autrefois diverses gemmes de couleur analogue. Le terme « olivine », rappelant la couleur vert olive du péridot, est utilisé en minéralogie.

Péridot désigne les termes intermédiaires d'une substitution isomorphique entre la forstérite (Mgz ISi041), et la fayalite (Fez [Si04]). D'éclat vitreux et huileux, attaqué par les acides, il est souvent monté en serti clos, en raison de sa tendance à éclater sous l’effet de fortes pressions. Les péridots foncés peuvent être éclaircis par chauffage; le péridot chatoyant et le péridot étoilé sont des raretés.

Le gisement historiquement le plus important se trouve en mer Rouge, sur l'île volcanique de Zebirget (île St Jean, ancienne île Topazos) à 300 km à l'est d'Assouan, déjà exploitée il y a trois mille cinq cents ans. Tombé dans l'oubli pendant des siècles, ce gisement fut réexploité vers 1900, mais est actuellement abandonné. De beaux péridots proviennent des carrières de serpentine dans le nord du Myanmar. Autres gisements: Afrique du Sud, Australie (Queensland), Brésil (Minas Gerais), Chine, Érythrée, États-Unis (Arizona), Kenya, Mexique, Pakistan, Sri Lanka, Tanzanie. Des péridots se rencontrent aussi en Norvège, au nord de Bergen. Ce furent les croisés qui apportèrent le péridot en Europe centrale. Très employé au Moyen Âge pour rehausser des ornements d'église et des objets de culte, il fut plus tard la pierre la plus appréciée de l'époque baroque. Le péridot se taille de préférence en taille émeraude, parfois aussi en taille brillant, en particulier s'il est serti dans de l'or, Aujourd'hui comme autrefois, c'est pour les Amérindiens d'Amérique du Nord une gemme estimée.

Le plus gros péridot taillé, qui pèse 310 ct, provient de l'île de Zebirget et se trouve actuellement à Washington (Smithsonian Institution). À l'époque soviétique, des péridots ont été taillés dans une météorite tombée en Sibérie orientale en 1749. La pallasite, météorite constituée de ferronickel englobant des macro-cristaux de péridot, est appréciée en bijouterie, où elle s'emploie en lames épaisses ayant un aspect de vitrail. Elle doit son nom à Pallas, surnom d'Athéna dont la statue dite « Palladion », précipitée sur terre par Zeus, protégea Troie, puis, emportée par Enée, fit revivre Troie à travers Rome. Confusions possibles avec béryl (p. 112), chrysobéryl, démanroïde, diopside (p. 206), émeraude, moldavire, prasiolire, prehnite, sinhalite, tourmaline, vésuvianite.

Les péridots pâles sont munis d'un paillon coloré. Les imitations du péridot sont en verre, en corindon synthétique, en spinelle synthétique.

La forte biréfringence du péridot est une importante caractéristique d'identification: dans les pierres épaisses, le dédoublement des arêtes de facettes est visible à l'œil nu.

*

Histoire

Les cristaux de péridot ont probablement été exploités dès le Ier millénaire avant J.-C. dans la petite île de Zabargad, située en mer Rouge près de la péninsule de Ras Banas.

Cette île fut autrefois appelée Topazos, et les croisés la dédièrent à saint Jean (d'où son autre nom Saint-John), mais ignorèrent ses richesses tellement le secret était bien gardé et caché aux étrangers. Car Zabargad renferme le gisement de péridot historiquement le plus célèbre et le plus important.

Il est aujourd'hui abandonné.

*

Gisements

- La réserve apache de San Carlos, près de la rivière Gila en Arizona (États-Unis) est actuellement le principal producteur de péridot.

Reportez-vous, par la pensée, à l’époque où le globe terrestre n’avait pas encore l’aspect que vous lui connaissez. Des masses énormes de matières diverses dérivaient, se choquaient, fusionnaient, se déplaçaient. Des températures fabuleuses, associées à des pressions gigantesques, permettaient des amalgames impossibles à concevoir de nos jours mais dont nous constatons les résultats.

Certains de ces bouleversements géants ont donné naissance à des cristaux. Les uns furent colorés, d’autres non.

C’est à ces cristaux colorés, précieux à cause de leur rareté, que fut attribué le nom de « pierres précieuses de couleur ».

Avec sa couleur légèrement dorée, d’un vert chatoyant, le péridot est la pierre idéale pour être le complément d’une tenue estivale légère. Voilà qui n’est guère surprenant : le péridot est l’attribut du mois d’août.

C’est une pierre ancienne mais très populaire. Elle est si connue, et depuis tant d’années, qu’on en trouve même sur la joaillerie égyptienne, du début du second siècle avant notre ère.

Les pierres que l’on utilisait à cette époque, venaient d’une région située sur une petite île volcanique de la mer Rouge, à environ 70 kilomètres au large d’Assouan. Elle a été redécouverte vers les années 1900 et le gisement est, maintenant, constamment exploité.

Le péridot est pourtant une pierre très moderne. Il y a quelques années seulement qu’un gisement a été mis à jour dans la région du Cachemire. Les pierres qui en proviennent sont, en ce qui concerne leur couleur et leur transparence, d’une beauté unique. Ainsi, l’image de la pierre, qui s’était quelque peu estompée au cours des âges, a-t-elle reçu, derechef, un coup de poli nouveau et récent.

Les anciens Romains en étaient déjà férus et ils en convoitaient l’éclat vert et brillant, qui est insensible aux variations de la lumière, même s’il s’agit de lumière artificielle.

Ils l’appelaient l’« Emeraude Vespérale ».

On trouve des péridots en maintes églises européennes, où ils décorent des trésors divers.

A la cathédrale de Cologne, par exemple, à l’époque de l’art baroque, le péridot, avec son vert profond, connut une époque florissante mais brève, avant de tomber dans l’oubli.

*

LE SPECTACULAIRE « PÉRIDOT- CACHEMIRE »

- Soudain, vers les années 1990, le péridot fit sensation, à la Foire de Commerce des Gemmes, qui réunit le monde entier.

En voici la raison : on avait découvert, au Pakistan, sur les pentes abruptes d’une montagne de 4.000 mètres de haut, un abondant gisement de péridots superbes. Les conditions climatiques extrêmes ne permettaient leur extraction que durant les mois d’été et pourtant, les cristaux délicats et de haute qualité furent transportés jusque dans la vallée.

Ces pierres sont d’une meilleure qualité que tout ce que l’on avait vu auparavant et le gisement en est si abondant qu’il permet de suffire à la demande internationale, sans aucun problème à ce jour.

Pour souligner la qualité exceptionnelle de ces péridots du Pakistan, les pierres ont reçu l’appellation de « Péridot Cachemire », par référence aux remarquables saphirs de Cachemire. Des lapidaires inventifs ont réussi à créer, à partir des cristaux les plus grands, des pierres éblouissantes et uniques en leur genre : d’un vert superbe, soutenu, pesant 100 carats et plus, impressionnantes de beauté.

*

L'INTENSITÉ DE LA COULEUR VERTE DÉPEND DU FER

- Cette pierre est, en fait, connue sous trois noms différents : Péridot, Chrysolithe (dérivé du grec signifiant « pierre dorée ») et Olivine. Le péridot est en effet une variante de l’olivine.

C’est dans le commerce des pierres qu’il est appelé « péridot », un nom venant du grec « peridona » don t la signification approximative serait « très généreux ». Le péridot est l’une des rares pierres précieuses qui n’existe qu’en une seule couleur. De fines traces de fer lui donnent sa couleur, d’un vert soutenu, agrémentée d’une légère touche dorée. Chimiquement, le péridot est un silicate ferromagnésien et l’intensité de sa couleur dépend du pourcentage de fer qu’il recèle. Sa coloration peut donc avoir des variantes, allant du vert jaune au vert olive, en passant par le vert brun.

Le péridot n’est pas spécialement dur : 6,5 à 7 sur l’échelle de Mohs ( barème accordant un coefficient 10 au diamant, la plus dure des substances connues ) mais il est facile à traiter et il est très robuste.

Signalons enfin quelques raretés très précieuses : le péridot œil de chat et le péridot étoilé.

Les plus belles pierres viennent du Pakistan et de sa région frontalière avec l’Afghanistan.

On en trouve également au Myanmar, en Chine, aux U.S.A, en Afrique et en Australie.

Les pierres en provenance de la Birmanie occidentale ( Myanmar ) sont d’un vert vif et comportent de fines inclusions soyeuses.

Le péridot de l’Arizona, aux U.S.A., où il est très en vogue dans la joaillerie indigène indienne, a souvent une teinte jaune doré allant jusqu’au brun clair.

*

PAS DE DIFFICULTÉ – SAUF POUR LE LAPIDAIRE

- Le péridot se taille d’après sa structure cristalline. D’habitude, avec une table facettée classique, en formes ronde, à coins arrondis, octogonale ou ovale. Les petites dimensions sont taillées en pierres calibrées. Les plus grandes sont taillées en formes, telles que les dessinent les experts joailliers, de façon à avoir des pièces uniques.

Les pierres qui ont des inclusions nombreuses, sont taillées en cabochon, car telle est la forme qui a le meilleur effet, quand il s’agit de légères inclusions soyeuses.

Les lapidaires savent que cette pierre n’est pas facile à travailler.

Le cristal est susceptible d’être sournois et de se briser facilement. Les tensions, en jeu à l’intérieur du cristal, sont souvent considérables.

Quand le lapidaire a éliminé les inclusions les plus gênantes, le péridot devient une pierre de joaillerie que l’on peut parfaitement porter tous les jours, sans prendre de précaution particulière.

*

LA PIERRE IDÉALE POUR L’ÉTÉ

- Le péridot est un ajout à la palette des pierres vertes.

On a tendance à l’utiliser, non seulement en pierre isolée, mais en ensembles.

Et, depuis que l’univers de la mode a montré une préférence pour le vert, la vogue de cette gemme, d’un vert soutenu, n’a cessé de s’accroître.

La situation d’abondance, qu’ont offerte le Pakistan et l’Afghanistan, a fourni au marché une matière première suffisamment abondante pour satisfaire tous les budgets et tous les goûts individuels.

Mais, si la pierre qui vous sied bien est grande, transparente et de belle couleur, sachez qu’elle va être rare c’est à dire vraiment onéreuse.

Le péridot est véritablement une pierre que l’on se doit de connaître. Son vert pistache ou son vert olive sont le complément parfait d’une tenue estivale légère.

*

Ce texte vient en partie des sites GEMSTONES et Wikipédia